L’indépendance financière totale est le rêve de plus d’un ! En effet, quoi de plus gratifiant que de vivre du fruit de son travail, et de s’assurer des revenus passifs jusqu’à sa retraite et au-delà ? Vivre de ses rentes, c’est avant tout un état d’esprit : un esprit combatif, lucide, humble, et une attitude : aimer la prise de risque, mais de manière toujours calculée, et surtout, avoir de l’ambition.

Mais devenir rentier est-il en 2020 utopique, ou est-ce à la portée de certains d’entre-nous ? Si oui, comment s’y prendre, et combien de temps cela peut prendre ? Dans quoi investir ? Car, oui, les questions à ce sujet ne manquent pas, tant les possibilités sont vastes. Nous vous apportons des réponses claires dans cet article !

Être rentier, qu’est-ce que c’est ?

Commençons par le commencement. C’est quoi, être rentier ? Être rentier, c’est vivre de ses rentes, c’est-à-dire de ses revenus et de ses investissements. Les revenus peuvent venir de tous types de sources, comme les contrats d’assurance vie, les actions, les placements immobiliers, en bourse, en fonds financiers…  On distinguera toutefois la rente d’un revenu « classique » tel qu’un salaire mensuel. Vous percevez un salaire tant que vous travaillez. Une rente, elle, continue de vous rapporter un revenu sans limite de durée. Devenir rentier est donc un excellent moyen de s’assurer des revenus passifs pour sa retraite, pour compléter un salaire mensuel ou pour se constituer un patrimoine transmissible. Les meilleurs d’entre nous parviennent à vivre uniquement de leurs rentes, mais ne rêvons-pas : cela vous demandera énormément de travail et d’investissement personnel, tant d’un point de vue financier que personnel.

Les rentiers souffrent d’une mauvaise réputation. Celle-ci n’est pas justifiée : un rentier ne fait plus forcément partie de la noblesse ou de l’aristocratie comme au 19ème siècle. Être rentier n’est pas une affaire de riche. Avec une stratégie d’épargne et un plan d’investissement solide, devenir rentier est à la portée de tous types de portefeuilles. Il faut toutefois faire fi de certaines peurs. Beaucoup d’investisseurs restent par exemple terrifiés à l’idée d’investir dans l’immobilier. Il s’agit pourtant d’un placement particulièrement intéressant !

Dans quoi faut-il investir pour être rentier ?

Vous avez le choix : les placements financiers sont nombreux ! Mais être rentier ne s’arrête pas à l’immobilier ou à l’assurance vie. Citons quels placements financiers intéressants :

  • L’immobilier : investissez pour louer et générer un revenu passif. Les plus ambitieux d’entre nous investirons dans plusieurs appartements en bénéficiant de l’effet de levier avec l’argent emprunté à la banque pour générer un rendement plus important.
  • Investir dans une assurance vie : idéale pour s’assurer des revenus réguliers, et attractive par sa relative sécurité.
  • Investir en bourse : un placement intéressant pour le long terme avec l’achat d’action. Oubliez les préjugés : investir en bourse n’est pas forcément plus risqué. Il suffit simplement de connaitre son profil d’investisseur et de choisir les bons produits financiers.
  • Investir dans les SCPI, avec une rentabilité attractive et une absence de gestion locative. Il vous faudra pour cela choisir la bonne SCPI.

Il existe bien d’autres façons de placer son argent, mais ceux-ci restent les investissements préférés des français. Sachez toutefois que diversifier ses placements est indispensable : ne misez jamais toute votre épargne sur un seul produit. Plus vous diversifierez, plus vous sécuriserez votre épargne et votre investissement.

Combien de temps pour vivre de ses rentes ?

A partir de quelle somme peut-on être rentier ? C’est la question à 1 million d’euros : devenir rentier, d’accord, mais combien de temps ça prend ? Malheureusement, il est impossible de répondre avec précision à cette question. Tout dépendra, comme bien souvent, de votre profil d’investisseur, de votre situation financière, de votre expérience, des objectifs que vous vous fixez… il n’existe pas un profil d’investisseur identique !

Considérez toutefois que devenir rentier est une opération de long terme, que les premiers temps ne vous rapporteront pas forcément ce que vous escomptiez au début. Pour autant, la vraie question que vous devez vous poser est la suivante : quels sont vos objectifs ? C’est à partir de ceux-ci, entre autres, que vous pourrez déjà établir une première estimation de votre plan d’investissement. Par exemple, si votre objectif est de vous assurer un revenu passif à la retraite, la plupart des professionnels vous conseillerons d’investir dans des produits financiers à long terme, comme l’assurance vie ou l’immobilier. Et pour obtenir une rente satisfaisante, il vous faudra investir probablement dans plusieurs appartements. Comptez donc au minimum 20 ans, le temps de rembourser votre prêt et de générer un rendement locatif intéressant.

A l’inverse, si vous souhaitez devenir rentier en 10 ans, vous devrez adapter vos placements à cet objectif : visez plutôt un investissement en bourse et/ou un investissement locatif très ciblé avec un coût d’acquisition limité.

Combien d’appartement pour être rentier ?

Cette question est récurrente. Mais une question en cache une autre ! Impossible de répondre à cette question sans étudier auparavant vos dépenses moyennes, vos objectifs de rentabilité, votre profil d’investisseur… Quel est le salaire mensuel minimum que vous escomptez pour vivre de l’investissement locatif ? Imaginons que vous soyez modeste dans un premier temps et que vous visiez un salaire minimum locatif équivalent au smic, soit 1200 euros net. Avec une rentabilité nette par appartement de, disons 200 euros pour un T2, il vous faudra donc louer 6 appartements pour atteindre votre objectif.

Mais ce n’est qu’un exemple : vous l’aurez compris, ce chiffre dépendra toujours de l’objectif que vous vous fixez, et de la rentabilité de vos appartements. Le taux de rentabilité par appartement peut être bien plus élevé que l’exemple ci-dessus et donc en nécessiter moins. En résumé, pour calculer le nombre de biens immobiliers nécessaires pour être rentier, procédez de cette façon :

  • Fixez-vous un objectif mensuel réaliste,
  • Évaluez vos dépenses mensuelles et éliminez les dépenses inutiles,
  • Faites des estimations et calculez le taux de rentabilité moyen pour un même type de bien (surface et type),
  • Divisez votre objectif mensuel par votre taux de rentabilité moyen. Vous avez une première estimation du nombre d’appartements nécessaires !

 

Vivre de ses rentes

Vivre de ses rentes, un fantasme ? Pas vraiment !

 

Vivre de ses rentes : combien faut-il ?

C’est le nerf de la guerre : plus vous aurez d’épargne, plus vous pourrez investir, et plus vous pourrez vivre de vos rentes. C’est un cercle vertueux et une règle essentielle pour devenir rentier. Nous ne vous donnerons pas de somme, car celle-ci dépend encore et toujours de votre situation financière, de votre capacité d’épargne, de votre façon de gérer votre argent. Toutefois, visez toujours le plus haut possible.

Il est en réalité essentiel de se fixer un objectif d’épargne adapté à vos revenus. Plus vous épargnez tôt, mieux c’est. Prenons l’exemple d’un investissement avec un apport de 100.000 euros avec un rendement moyen à 2%. Sur 10 ans, vous devrez placer 753 euros mensuels, alors que sur 20 ans, il ne vous faudra que 340 euros mensuel. Vous voyez donc que plus vous épargnez tôt, plus votre capacité d’épargne sera supportable. Vous pouvez facilement calculer et estimer votre épargne avec des calculateurs d’épargne en ligne.

Que faut-il retenir ?

Devenir rentier ne se fera certainement pas du jour au lendemain. En outre, il faut démystifier ce « statut », mais aussi en éloigner les fantasmes. Vous ne gagnerez jamais beaucoup d’argent sans efforts ! C’est une chimère qu’il vous faut bannir. Vivre de ses rentes demande du temps, de l’argent et de l’implication. Pour que vos efforts paient, faites vous accompagner par des professionnels. Un courtier peut être un allié précieux pour négocier vos meilleurs prêts, mais rapprochez vous aussi d’un conseiller en gestion de patrimoine. Prenez aussi le temps de vous documenter sur le sujet, de livre des livres et d’assister à des conférences et des formations. La plus grande des richesses, c’est le savoir !